Quand embaucher votre premier salarié? Stéphane Michon – 10 Juin 2022

Publié le 15 juin 2022

Vous avez commencé votre entreprise il y a quelques mois, vos perspectives commerciales sont encourageantes, votre confiance dans l’avenir est plutôt forte, votre charge est devenue tellement importante que vous vous sentez tout le temps submergé.

Vous vous dîtes : il est temps que je recrute mon 1er salarié !

Avant de lancer votre recherche, ma recommandation serait de revoir votre méthode de travail en automatisant préalablement vos process, en réorganisant vos tâches dans la journée ou dans la semaine pour éviter le saupoudrage d’activités.

Un exemple serait de grouper par journée ou par demi-journée la prospection commerciale, l’administration, l’emballage, la livraison, les réseaux sociaux, etc. en vous rappelant que vous deviendrez plus efficace, votre voix plus maîtrisée au téléphone, vos gestes plus sûrs à la manutention, votre esprit plus aiguisé, et qu’enfin, vous regagnerez du temps.

Cela ne suffit toujours pas ?

Pourquoi ne pas commencer à externaliser certaines de vos tâches/missions auprès d’indépendants ?

Attention, ne déléguer que les tâches dont vous maîtrisez à peu près le sujet afin de bien négocier le contrat, comprendre, rectifier, organiser les délais de réponse, le reporting, etc.

En parallèle, faire et refaire les comptes afin de bien évaluer les montants disponibles et à venir pour un recrutement sur la durée.

Quand vous avez l’argent nécessaire, que vous êtes toujours surchargé, que vous avez conscience que certaines tâches seraient mieux faites par d’autres que vous, que votre visibilité sur l’avenir vous encourage, le temps est peut-être venu de renforcer votre structure.

Quand vous avez pris la décision de recruter, il est primordial que vous soyez clairs sur les responsabilités que vous allez déléguer : pour quoi faire ?

➢ Le recul sur certaines créations d’entreprises montre l’intérêt à commencer par proposer un temps partiel pour les premiers mois. Cela permet de monter progressivement en cadence, d’être plus flexible et de s’adapter au développement de votre société. Dans le même domaine d’idées, pour recruter votre candidat préféré, je préconise le recours à un contrat d’Interim ou avec durée limitée ou encore d’utiliser au mieux la période d’essai avant de vous engager sur un CDI. Cela permet de tester la personne mais aussi votre organisation et le choix des missions que vous lui avez confiées.

➢ Votre décision de recruter était en partie basée sur votre manque de temps pour gérer tous les aspects de votre entreprise. La phase de recrutement, les premiers mois de collaboration vous prendront beaucoup de temps ! Au-delà des missions à confier, soyez préparé à la complémentarité recherchée, les critères de réussite, la rémunération, le reporting attendu, le contrôle, les temps de partage, le temps de période d’essai et votre suivi pendant cette période cruciale.

➢ Recruter des amis reste difficile à cause du rapport affectif et que les amis voudront parfois des parts dans votre société. Une recommandation : s’adresser aux amis de vos amis.

➢ N’hésitez pas à vous faire aider dans le processus de recrutement pour éviter le biais sympathie qui prend souvent le dessus alors que vous avez besoin d’un collaborateur, pas d’un ami.
Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous serez sans doute tenté de choisir le candidat ayant le plus des compétences dont votre société a besoin. Mon conseil serait ici de choisir un candidat ayant le bon rapport: compétences requises / assurance moyenne. Cela peut vous paraître paradoxal mais un candidat, futur salarié trop sûr de lui pourrait remettre en cause ensuite chacune de vos directives.

➢ Je conseille l’utilisation d’une grille de décision où vous aurez noté de façon synthétique les 5 ou 6 critères à qui vous aurez attribué un nombre de points selon l’importance afin départager ensuite les différents candidats reçus. Cette grille présente l’avantage de neutraliser le biais de sympathie qui détourne parfois l’objet d’un recrutement.

➢ J’ai souvent trouvé une plus-value à demander au candidat choisi un message écrit sur la façon dont il envisage la fonction et sur sa motivation à accepter telle collaboration. Le salarié qui écrit lui-même je vais faire ceci ou cela, démontre souvent une attitude plus engagée par la suite.

Enfin ! votre société s’étoffe avec votre 1er salarié dont la feuille de route est claire, la rémunération actée, les tâches soigneusement listées. Ce serait illusoire d’imaginer dégager immédiatement plus de temps. Faire un suivi du travail du nouveau salarié afin de rectifier ses éventuelles incompréhensions, écouter ses propositions, vérifier sa bonne adaptation, intégration, le former prendra encore de votre temps ! Mais c’est une des conditions pour pouvoir vous appuyer par la suite en toute confiance sur ce collaborateur et vous permettre de poursuivre votre projet en vous consacrant au développement de votre société.