Michek Boufassa, 1 demi-siècle au service de la gastronomie…

Publié le 30 août 2018

Actualités

Michel Boufassa (2)

Quel est votre parcours ?

Quand on me demande de parler de mon parcours professionnel, je commence toujours par cette citation du célèbre écrivain américain Ernest Hemingway. «  Lorsque je rêve du Paradis, je me trouve toujours transplanté au Ritz à Paris ». Tout a commencé en 1964 dans ce légendaire et célèbre Palace qui m’a donné une formation, une profession, une promotion sociale, une empreinte permanente de la conception et de l’esprit de l’hôtellerie de luxe et de la gastronomie, pendant 16 ans, grâce aux disciples ( qui furent mes Mentors ) de deux hommes, l’un en cuisine Auguste Escoffier, l’autre en salle César Ritz, deux pionniers, deux visionnaires qui ont révolutionné notre belle et passionnante profession avec pour devise «  Luxe, Perfection, Discrétion, Bienveillance ».  Devise que je me suis ingénié à pratiquer pendant 48 ans dans quatre établissements d’exception. De 1980 à 1988, j’ai géré Le Roi Dagobert à Grevenmacher. De 1989 à 1996, j’étais responsable du restaurant gastronomique de l’hôtel Le Royal et enfin de 1997 à 2012, j’ai eu le privilège de rejoindre le Cercle Munster, Club privé. Le Ritz et le Cercle Munster furent pour moi, l’Alpha et l’Oméga dans mon parcours professionnel.

Quels ont été les plus grands challenges dans vos différentes fonctions ?

Mes plus grands challenges dans mes différentes fonctions ont été toujours les mêmes à savoir : Pour gagner la confiance du client, il fallait la cohésion et l’adhésion des collaborateurs ainsi que la reconnaissance de la hiérarchie supérieure. Pour moi, la plus grande richesse de l’entreprise, ce sont incontestablement les compétences de ses collaborateurs.  

Il y a trois ans vous avez rejoint le réseau de mentors. Dans quel but ?  Qu’est-ce que cela vous apporte ?

C’est en 2015 que, Monsieur Jean Schintgen, à l’époque Vice-Président de la Chambre de Commerce, section Horesca, m’avait sollicité pour rejoindre le réseau des Mentors. Le but pour moi était d’analyser, de comprendre, d’accompagner et de transmettre mon expérience et ma vision aux jeunes restaurateurs/hôteliers. Avec naturellement, grâce à une charte en vigueur, aucune prise de décision dans la gestion de l’entreprise dans le cadre de ma mission.

L’apport du réseau des Mentors est très positif pour moi, je me suis enrichi aux contacts, à la fois des Mentors et des Mentorés, grâce aux Workshops qui nous permettent de partager nos connaissances, de faire naître des réflexions créatives et d’approfondir des sujets majeurs.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui démarre dans la profession ? Pensez-vous que la digitalisation va révolutionner le monde de la restauration ?

Les conseils que je donnerai à une personne qui démarre dans la profession sont de se  fixer des objectifs avec le souci du détail. Être exigeant avec soi-même et manifester de l’intérêt à ses collaborateurs.

Pour gagner il faut mobiliser, partager la cohésion et l’adhésion de ses équipes. Ne jamais oublier qu’une entreprise, c’est l’affaire de tous avec de la discipline et de la liberté.

En ce qui concerne la digitalisation au sein de l’Horeca, je pense qu’elle est inévitable et indispensable dans la restauration pour la bonne cause que nous entrons dans une phase de développement technologique qui va bouleverser les modèles économiques dans tous les secteurs y compris l’Horeca.

Propos recueillis par Rachel Gaessler

Retour aux articles