L'accompagnement comme facteur clef de réussite: rencontre avec Alexandros...

Publié le 28 juin 2018

Actualités

Alexandros Trepeklis ok

Alexandros Trepeklis, fondeur de la société Yollty  partage son parcours et ce qui l'a poussé à devenir entrepreneur. Il s'exprime également sur la richesse de sa relation avec son mentor Charles-Antoine.

Quel est votre parcours? Comment vous est venue cette idée ?

Mon parcours est assez diversifié. J’ai étudié l’ingénierie informatique en Grèce et fait un master en sécurité informatique à  l’université UCL de Londres (University College of London). J’ai commencé ma carrière professionnelle chez  Ernst & Young en Grèce, puis au Luxembourg où j’y ai passé 6 ans. Même si mon parcours était surtout concentré dans le domaine de l’informatique et de l’ingénierie, j’ai eu la chance de travailler de manière plus approfondie sur des aspects de la gestion d’entreprise tels que les processus, la finance, le management, les ventes, l’audit, le recrutement, etc. Je pense vraiment que j’ai la verve d’entrepreneur/ Je pense vraiment que j’avais depuis toujours l’esprit entrepreneurial. A l’âge de 10 ans, je copiais déjà des CDs pour mes camarades à l’école (à l’époque on ne le considérait pas comme piratage), puis à 17 ans, j’ai contacté les stations balnéaires et ai proposé aux restaurants et aux bars de construire leur site internet. Après quelques années à l’université, j’ai rejoint Ernst&Young. Cela a été une opportunité pour moi de voir l’organisation et le fonctionnement internes de grandes entreprises. Les années qui ont suivi,  j’ai travaillé pour des sociétés de tailles différentes, allant de 2 employés aux plus grandes. L’idée de créer ma propre société ne m’a jamais quitté mais je sentais que toute cette expérience et connaissance allaient me servi pour la création de ma société. L’idée de Yollty m’est venue en parlant avec un ami en Grèce mais le concept a beaucoup évolué depuis ses débuts. Je pense vraiment que l’exécution et l’adaptation de l’idée pour répondre aux besoins du marché est un des aspects les plus critiques/essentiels pour un entrepreneur.

Quel type de produit/ application avez-vous développé ?

Yollty est une solution simple et innovante qui aide les entreprises à franchir le pas entre le monde digital et le les vitrines physiques (au-delà du monde traditionnel). Pour cela, Yollty leur met à disposition un programme de fidélité via une application mobile en incitant leurs clients à devenir ambassadeurs sur les réseaux sociaux et à donner leur avis aux autres utilisateurs. Ces actions permettent aux utilisateurs finaux de collecter des tampons qui peuvent être échangés contre des cadeaux. D’autre part, Yollty fournit aux entreprises un accès à un interface en ligne qui leur permet de mieux connaître les besoins et les comportements de leurs clients. De plus, les entreprises ont un accès plus facile de se rapprocher de leurs clients, à travers des messages (archivées) selon une segmentation intelligente telles que les jours de la dernière visite ,etc   

Quels sont les défis les plus importants que vous avez dû surmonter ?

L’année dernière nous nous sommes concentrés sur l’adéquation entre notre produit et le marché. Comme notre idée initiale ne marchait pas comme nous l’espérions, nous avons dû pivoter et ajuster notre produit en fonction des retours de nos clients, qu’ils soient utilisateurs ou entreprises. Mais maintenant nous sommes passés à la prochain étape qui consiste à la définition d’une stratégie d’exportation de Yollty au marché européen. Avoir une preuve de concept/ Posséder un prototype avec plus de 60 entreprises-clientes et 7000 utilisateurs ??… le principal nouveau défi est de définir comment notre produit pourra atteindre les clients potentiels sans compter uniquement sur les commerciaux.

Quand avez-vous pensé au mentorat ? Pourquoi ?

Si je remonte à l’époque de mon expérience chez EY, il y avait un concept similaurel où un manager expérimenté agissait en tant conseiller en carrière pour les jeunes membres de l’équipe. J’étais très convaincue de ce processus car il me permettait d’avoir des discussions avec quelqu’un qui est déjà passé par les mêmes étapes que moi. Ainsi, quand j’ai vu un article à propos du programme BusinessMentoring, je n’ai pas eu besoin d’y réfléchir longtemps.

Sur quel point avez-vous travaillé avec votre mentor ?

Je pense avoir discuté avec Charles-Antoine à chaque fois qu’il y avait une décision importante à prendre ces dernières années. La discussion n’a jamais tourné autour de ce que je devais faire ou pas faire. Je crois que cela fait la magie. La discussion a été plutôt concentrée sur la manière de réfléchir à une question ou un sujet. C’est ce qui à la fin de la journée me permettait de me doter non seulement d’une solution mais également d’une manière de résoudre un problème similaire dans le futur. Je pense que l’accompagnement par mon mentor,  dans sa globalité, a été un des facteurs les plus importants dans le succès de Yollty:  notamment l’atteinte du point mort/le seuil de rentabilité, qui est un des points déterminants pour une startup.

 

Quand avez-vous senti que votre activité était en train de décoller ? comment voyez-vous l’évolution de votre entreprise dans les deux prochaines années ?

En regardant les chiffres des 8 derniers mois - qui montrent que l’activité augmente continuellement avec une hausse approximative de 30% tous les mois - j’ai ressenti que ce que nous avions construit/notre produit se développe. Voir une personne inconnue qui connaît déjà Yollty ou même bien être contacté par des entreprises qui veulent adopter ta solution/produit sont vraiment parmi les choses les plus stimulantes. Dans les deux prochaines années, nous souhaiterions couvrir l’ensemble de l’Europe et proposer nos services auprès de 10K d’entreprises et de millions d’utilisateurs. Un autre point à prendre en considération est  l’équipe de Yollty : quand nous avons commencé le programme, j’étais la seule personne à plein temps. Maintenant nous sommes à 3 et nous prévoyons de passer à 10 d’ici la fin de l’année !

 

 

 

Propos recueillis par Rachel Gaessler

Retour aux articles